Donal Trump au Shangri-la, Kim jong Un au Fullerton

A Sentosa, des diplomates américains travaillent jour et nuit avec leurs homologues nord-coréens afin de planifier un sommet destiné à mettre fin au programme d'armement nucléaire de Pyongyang.

Qui va payer pour le séjour de Kim Jong Un à l'hôtel Fullerton ?

L'État paria, orgueilleux mais pauvre, exige qu'un pays étranger paye la note de son hotel préféré : le Fullerton, un magnifique hôtel néoclassique près de l'embouchure de la rivière Singapour, où une seule suite présidentielle coûte plus de 6 000 $ par nuit.
La question de la facturation n'est que l'une des nombreuses préoccupations logistiques entre deux équipes dirigées par Joe Hagin, chef d'état-major adjoint de la Maison Blanche, et Kim Chang Son, chef de cabinet de Kim, en vue de la réunion du 12 juin 2018.

Après des semaines d'incertitude, le président Trump a annulé le sommet la semaine dernière, accusant "d'hostilité ouverte" de la Corée du Nord. Mais une vague diplomatique à travers les deux continents a remis la réunion sur les rails. Trump a annoncé vendredi qu'il participerait.

Quand il s'agit de payer pour l'hébergement dans l'hôtel de luxe cinq étoiles préféré de la Corée du Nord, les Etats-Unis sont ouverts à couvrir les coûts, mais ils sont conscients que Pyongyang peut considérer un paiement américain comme insultant. En conséquence, les organisateurs américains envisagent de demander à Singapour, le pays hôte, de payer la facture de la délégation nord-coréenne.
Lire aussi : Pourquoi Singapour a été choisi par Donald Trump et Kim Jong Un ?

"C'est une déviation révélatrice de l'insistance de la Corée du Nord à être traitée sur un pied d'égalité", a déclaré Scott Snyder, expert coréen au Council on Foreign Relations.

Pourtant, le régime lourdement sanctionné et isolé a pour habitude de faire des demandes monétaires audacieuses.

Pendant les Jeux olympiques de 2018 à PyeongChang, la Corée du Sud a mis de côté 2,6 millions de dollars pour couvrir les frais de voyage d'une équipe de soutien de la Corée du Nord, d'une troupe artistique et d'autres membres de la délégation. Durant ces mêmes Jeux, le Comité International Olympique a payé 22 athlètes nord-coréens pour se rendre à l'événement.
Le Fullerton, un magnifique hôtel néoclassique dans le quartier central des affaires, est l'hébergement préféré des fonctionnaires nord-coréens séjournant à Singapour.

La Corée du Nord peut fabriquer des armes nucléaires, mais prétendre qu'elle est trop pauvre pour payer les frais de voyage à l'étranger. Selon Elizabeth Rosenberg, une ancienne responsable du Trésor, tout paiement pour le logement de la Corée du Nord irait à l'encontre des sanctions du département du Trésor Américain. Les États-Unis devraient demander cette dérogation au Trésor et à l'ONU pour une série de paiements liés aux voyages de la Corée du Nord, mais une longue liste d'exemptions pourrait faire l'objet d'un examen minutieux. "Il existe des mécanismes légitimes pour des exemptions selon les circonstances, mais cela pourrait faire l'objet de critiques publiques et politiques et envoyer un mauvais message à la Corée du Nord", a déclaré Duyeon Kim, un spécialiste Coréen.

Déterminer comment payer l'onglet d'hôtel de Pyongyang ne sera pas le seul obstacle venant avec l'organisation d'un événement avec le régime isolé. L'avion du pays date de l'ère soviétique. Il est désuet et pourrait nécessiter un atterrissage en Chine, car il serait risqué d'effectuer le voyage de 5000 kilomètres. Alternativement, les Nord-Coréens pourraient voyager dans un avion fourni par un autre pays.

Pour choisir le lieu de rencontre, les deux parties se seraient installées à l'hôtel Capella, sur l'île de Sentosa. Situé au large de la côte sud-est de Singapour, l'hôtel bénéficie d'un mélange de bâtiments de style colonial et d'édifices modernes.
Mercredi, un journaliste du Washington Post a vu des équipes de construction monter des tentes et d'autres installations nécessaires pour un grand événement. Le journaliste a ensuite reçu l'ordre de quitter les lieux après avoir interagi avec la délégation américaine, qui séjourne au complexe. L'isolation relative de l'ile a séduit les autorités américaines et nord-coréennes soucieuses de la sécurité.

Pendant la visite de Donald Trump à Singapour, il devrait séjourner au Shangri-La, un hôtel 5 étoiles de 747 chambres, habitué aux événements de haute sécurité. Il accueille le dialogue annuel Shangri-La, une conférence sur la sécurité qui attire des dizaines de ministres de la Défense et des Affaires Etrangères.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Où se trouve Singapour ?

MRT Singapour, le métro - train singapourien

Coût de la vie a Singapour

La prostitution à Singapour, un business légal

Caning - bastonnade - Châtiment corporel

Que ramener de Singapour ? Souvenir

Les filles de Singapour - SPG Sarong Party Girl

Climat Singapour - meteo Singapour

Chewing gum Singapour